Conseillers numériques : pour devenir autonome avec le numérique

conseillers numériques

Des jeunes actifs aux retraités, tout le monde est concerné par internet et le numérique au quotidien. Le développement des nouvelles technologies, des nouvelles formes de travail, mais aussi la crise sanitaire et les confinements successifs ont souligné l’importance capitale de l’accès à ces outils pour tous et sur l’ensemble du territoire.

L’inégalité face à la numérisation et la dématérialisation des services

Il existe une nouvelle forme d’inégalité liée à l’accès au numérique : l‘illectronisme. Comme l’illettrisme est une source de difficultés quotidiennes dans une société de l’écrit, « l’illectronisme » dissuade ceux qui ne savent pas utiliser Internet. Par manque de moyens techniques ou de connaissances digitales, comment effectuer alors, un nombre sans cesse plus important de tâches via les outils digitaux ?

Face à cette inégalité, l’Etat a mobilisé 250 millions d’euros dans le cadre du plan de relance, afin de rapprocher le numérique du quotidien des Français qui en sont le plus éloignés. Ainsi, 4000 conseillers sont déployés partout en France

Pour faire face à cette problématique, la CCSB a décidé de recruter 6 conseillers numériques, répartis dans 4 espaces France Services : à la Motte-du-Caire, Laragne, Serres et Sisteron.

Leur mission : accompagner les personnes vers l’autonomie numérique.
Comment ? En aidant les usagers à :

  • prendre en main leurs équipements informatiques (ordinateur, smartphone, tablette, etc.),
  • envoyer, recevoir, gérer leurs courriels,
  • réaliser des démarches administratives en ligne,
  • installer et utiliser des applications sur leur smartphone,
  • créer et gérer leurs contenus numériques,
  • apprendre le traitement de texte (mettre en forme un CV, une lettre de motivation) et le langage web
  • savoir protéger leurs données personnelles…

 

 

Un service itinérant

Depuis le 1er juillet 2021, les conseillers numériques sont actifs au sein des espaces France Services. Ils seront aussi en déplacement dans tout le territoire afin d’animer des ateliers gratuits ouverts à tous, dans des lieux comme les bibliothèques, les communes, les Maisons des Jeunes et de la Culture, les écoles, le Point d’Accueil Social de Sisteron (PASS) …, .

Des conseillers formés au numérique

L’État a pris en charge la formation personnalisée et certifiante des conseillers. Il participe au financement des postes pour deux années, à hauteur de 100% du SMIC, soit de 50.000 euros pour 24 mois. La CCSB prend en charge les autres frais de fonctionnement (primes, déplacements, avantages sociaux…)

Une date : 2022, c’est le cap fixé par le Gouvernement pour finaliser la dématérialisation complète des services publics.

  • France Services Laragne : 0492652697
  • France Services Sisteron : 0486498043
  • France Services Serres : 0492670825
  • France Services la Motte du Caire : 0492683317

– Quel est votre parcours ?

Avant la cConseiller numérique de Sisteron - Anthony AYASSErise de la COVID j’étais coiffeur à l’international, j’ai travaillé à Lausanne, Québec entre autres. Suite à la COVID j’ai décidé de rentrer en France pour rester proche des miens et revenir à mes sources, à Sisteron.

 – Pourquoi avoir choisi de devenir conseiller numérique ?

Ce qui m’a poussé, c’est que c’est un nouveau métier où il y a tout à faire, avec une liberté de mouvement et où l’on est en contact avec le public. On est là pour aider et accompagner et c’est ce que j’aime en fait. J’ai aussi toujours été attiré par le digital, pour lequel j’avais été formé dans mon ancien métier. Cela me permet donc d’allier ma passion tout en étant investi pour mon territoire et ses habitants.

– Quelles sont vos motivations ?

Le partage de connaissance et la transmission pour rendre les usagers autonomes. C’est toujours intéressant de pouvoir aider et accompagner les gens, de les amener vers un nouvel angle de vision. Une fois la « peur », de mal faire ou de ne pas comprendre, ôtée, on voit des gens plus épanouis, souriants, heureux et confiants.

– Quels types d’actions menez-vous ?

Nos actions n’ont pas de limites, on peut se déplacer n’importe où pour animer des formations et des ateliers thématiques. Nous opérons dans n’importe quel endroit ou commune, du moment qu’il y a une connexion internet. Par exemple, nous avons le projet de faire des animations à Beaulieu (un quartier de Sisteron) un atelier pour les jeunes, car la fracture numérique ne les épargne. Nombre d’entre eux savent très bien se servir des réseaux sociaux et des applications mobiles, mais dès qu’il s’agit de s’inscrire à Pôle Emploi ou faire une déclaration d’impôt en ligne, c’est plus compliqué. Ma mission auprès d’eux et de leur apprendre à manier internet, faire les bonnes recherches et s’orienter.

 

 

 

Accès directs