• Accessibilité

Lutte contre le Gaspillage Alimentaire

lutte contre le gaspillage alimentaire

Dans le monde, le tiers des aliments destinés à la consommation humaine est gaspillé. En France, on estime que près de 10 millions de tonnes de nourriture consommable sont jetées chaque année, soit l’équivalent de 150 kg/hab./an.

La France, au travers du premier Pacte national de l’alimentation et de l’agriculture et signé en 2013, s’est engagée à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025.

Pour y arriver, tous les acteurs doivent être mobilisés, du champ à l’assiette :

  • les producteurs
  • les industries de transformation
  • la distribution
  • la restauration collective et commerciale
  • les consommateurs.

Cette mobilisation passe par notre collectivité qui est moteur en termes de prévention et de réduction des déchets et qui grâce à l’appel à projet « Lutte contre les pertes et le gaspillage alimentaire », avec le soutien de l’ADEME et de la Région Sud va impulser une dynamique auprès des professionnels puis des habitants afin de réduire de manière significative le gaspillage alimentaire. L’association France Nature Environnement 04 accompagne la CCSB, en tant que prestataire tout au long de ce projet qui prendra fin début 2022.

Les cibles et les indicateurs

Le projet doit permettre une réduction quantitative des pertes et gaspillages alimentaires auprès de nombreux acteurs du champ (producteur) à l’assiette (consommateur) et à tous les stades de la chaîne alimentaire.

Cette réduction a des impacts :

environnementaux : baisse significative des ordures ménagères résiduelles et donc une baisse des tonnages enfouis et coûts associés. Compte tenu de la hausse permanente de la TGAP, réduire les tonnages destinés à l’enfouissement est une nécessité.

En 2017, sur le territoire de la CCSB, 7 400 tonnes d’ordures ménagères ont été collectées, traitées et enfouies. Dans le cadre des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire et plus largement du Plan Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés, une baisse de 10% des OM collectées et traitées est attendue sur la durée du programme.

sociaux : la mise en place d’un réseau de glanage dans les marchés et auprès d’agriculteurs (récupération, en accord avec les agriculteurs, de « ce qui reste au sol » dans les champs) permet d’accroître l’accès à l’alimentation pour les plus démunis au niveau local notamment en termes de produits frais : les actions en restauration collective permettent de recréer un lien entre les convives et les cuisiniers, de même le glanage permet de tisser du lien entre l’agriculteur et les glaneurs.

Au minimum 4 agriculteurs et les 3 marchés hebdomadaires principaux (Laragne, Serres et Sisteron)seront suivis.

économiques : projet centré sur la restauration collective en privilégiant l’apport en produits locaux, et/ou issus de l’agriculture biologique.

Pour l’ensemble des actions en restauration collective, le programme vise à minima 50% des sites scolaires présents sur la Communauté de Communes du Sisteronais-Buëch, soit 16 écoles primaires, 3 collèges et 1 lycée (Sisteron).

Vous êtes un professionnel et souhaitez être accompagné pour réduire le gaspillage alimentaire au sein de votre structure ?

N’hésitez pas à contacter le Pôle Environnement de la CCSB.